dimanche 5 juillet 2015

Ambiance au championnat de France de Voltige Aérienne 2015 à Epernay-Plivot

Luc Bourmeault debout sur l'aile  du Cap 231 EX F-HRAL de l'Aéroclub de l'Hérault et Fred Ecay observent le programme libre de leurs concurrents ©Xavier Cotton
Du 22 du 27 juin se sont déroulés les championnats de France de Voltige Aérienne sur l'aérodrome d'Épernay-Plivot avant les mondiaux qui auront lieu du 20 au 29 août prochain à Châteauroux.
L’après midi du mercredi 24 étant largement ensoleillée, j'ai passé une bonne partie sur le terrain pour m'imprégner de l'ambiance. Je vais essayer  de vous restituer celle ci, mais uniquement par des photos prises au sol, car les programmes étaient réalisés le long de la piste 04/22 donc assez loin du parking, hors les avions de voltige sont relativement petits et très rapides, de plus contrairement aux présentations en meeting aérien, en compétition les trajectoires ne sont pas soulignées par des fumigènes 
Essai moteur de l'Extra 330 SC F-HDBV de Dijon-Voltige ©Xavier Cotton
l'Extra 330 SC ci-dessus est équipé d'un moteur Lycoming (AEIO-580-B1A) de 6 cylindres de 315 Cv pour un poids max de 780 Kg en compétition (-10G/+10G), carburant et pilote compris. Des essais moteurs sont nécessaires avant la compétition car ceux ci doivent pouvoir délivrer toute leur puissance à la demande du pilote.

Nettoyage du bord d'attaque de l'Extra 330 SC F-HDBV ©Xavier Cotton
Entre deux vols, il est aussi nécessaire de nettoyer  les bords d'attaque sur lesquels peuvent s'accumuler les insectes écrasés. Tout comme pour les Formules 1, il est important que le profil reste le plus lisse possible.
La "musique" © Xavier Cotton
Avant leur passage, chacun des concurrents semble danser sur une chorégraphie moderne, en fait il joue la "musique" de ce que sera l'enchainement des figures de voltige qu'ils vont réaliser devant les juges. Puis comme tout pilote, il effectue la visite "prévol" de son avion en s'assurant en particulier que rien n'entrave le débattement correct des gouvernes.

Visite "prévol" de l'avion ©Xavier Cotton

Benoît Garreau attend l'autorisation de mise en route de l'ARS 300 F-PCDF abrité du soleil© Xavier Cotton
Certains attendent dans le hangar ©Xavier Cotton
Après une attente assis dans le cockpit où on se protège du soleil comme on peut, le signal du départ est donné, à partir de là c'est concentration absolue. Ci-dessous quelques concurrents au roulage.

Benoît  Garreau au roulage sur ARS 300 F-PCDF. ©Xavier Cotton
Cap232 F-GRPA au roulage © Xavier Cotton
Extra 330 SC F-HDBV de Dijon Voltige au roulage ©Xavier Cotton
Extra 330 SC F-HLAS au roulage ©Xavier Cotton
Faire le plein d'essence n'est pas toujours facile ©Xavier Cotton
Benoît Garreau repousse l'ARS 300 pour libérer le poste d'essence au prochain avion ©Xavier Cotton

Après leur présentation en vol le plein des avions est fait pour le concurrent suivant, mais le réservoir étant placé entre le moteur et le cockpit l’accès n'est pas facile sans escabeau. Ensuite l'avion est repoussé à la main pour laisser la place au suivant.

C'est au tour du Cap231 EX F-HRAL de faire son plein ©Xavier Cotton
Finalement sur cet avion le réservoir est plus accessible en montant sur l'aile ©Xavier Cotton
Capitaine François Rallet de l'EVAA ©Xavier Cotton
 Après la présentation vient la lecture des notes de l'épreuve qui vient d'avoir lieu. Celle-ci demande une lecture approfondie comme on peut le voir sur cette photo du Capitaine François Rallet de l'EVAA, car chaque petite imperfection dans l’exécution des figures peut faire perdre beaucoup de points et donc des places au classement général. François Rallet se classe 5eme au Championnat de France  2015 classe Élite.
Les résultat complets des classes Élite, Excellence et National 1 sont disponibles sur le site de la FFA  à cette page ou encore sur http://aerobatics.mwebservices.net/

Pour voir plus de photos concernant cette journée à Épernay-Plivot, vous pouvez feuilleter les deux pages de cet album sur Flickr :
Site du Championnat du Monde de Voltige aérienne 2015 : http://wac2015.fr/

vendredi 3 juillet 2015

Aeroscopia a reçu son 100 000eme visiteur

Aeroscopia ©Xavier Cotton
Mi-juin soit cinq mois après son ouverture, Aéroscopia le nouveau musée aéronautique toulousain, vient d'accueillir son 100 000eme visiteurs, on peut espérer que le double soit atteint pour la fin de l'année. Son ouverture était très attendu par les passionnés d'aéronautique et les professionnel d'Airbus Industries. Dès le 20 juillet la collection sera complétée par un A400M qui viendra rejoindre le Concorde et la Caravelle exposés en extérieur sur le tarmac, Un A380 de présérie est aussi attendu, mais des travaux préalables doivent être réalisés pour l’accueillir.
Caravelle et Concorde en extérieur ©Xavier Cotton
De la réplique d'un Blériot XI à l'Airbus A300 aménagé pour la visite, la collection  présenté comporte plusieurs avions de légendes (Concorde, Caravelle, Super Guppy, A300...) ainsi qu'un certains nombre d'aéronefs appartenant  aux  "Ailes anciennes toulousaines". Ce musée est très didactique" grâce à des espaces thématiques et interactifs.
Cockpit de l'A300 F-WUAB ©Xavier Cotton

Au-delà de la conservation et de la valorisation d’avions de légende, la vocation d’Aeroscopia est de transmettre la culture aéronautique au plus grand nombre, de valoriser les savoir-faire régionaux et de créer un lieu attractif pour susciter des vocations scientifiques et techniques, notamment chez les plus jeunes. L’emplacement du musée permet également de mutualiser sa visite avec celle de la chaîne de montage de l’A380 et des usines Airbus, ou avec la collection des "Ailes anciennes toulousaines" renforçant l’offre touristique, industrielle et culturelle d'Aéroscopia.

Pour voir plus de photos de cette visite d'Aéroscopia, vous pouvez feuilleter cet album sur Flickr :
https://www.flickr.com/photos/passiondesavions/sets/72157655348627045

Pour plus d'informations :
http://musee-aeroscopia.fr/ 
http://www.aatlse.org/

lundi 29 juin 2015

Histoire du GLAM

Histoire du GLAM
Groupe de Liaisons Aérienne Ministérielles
Des ailes au service de l’État
Alain Bévillard

Pour des raisons de discrétion dans l’action politique mais aussi pour assurer un maximum de sécurité dans les voyages des présidents, ministres ou secrétaires d’États, le GLAM (Groupe de liaisons aériennes ministérielles) a offert, de 1940 à 1995, une disponibilité de tous les instants. Il a garanti les libertés de manœuvre et de réactivité indispensables au bon fonctionnement de l’État français.

Dans cet ouvrage dévoilant plus d’une centaine d’anecdotes inconnues du grand public, Alain Bévillard nous emmène au cœur de cette unité dédiée au transport des plus hautes autorités de l’État. Rendant hommage à ses serviteurs dévoués, navigants, mécaniciens ou personnels administratifs, tous professionnels de haut niveau, il permet de saisir les valeurs exceptionnelles des équipages d’avions et d’hélicoptères au fil des années.

Un seul mot d’ordre vaut pour tous au travers des décennies : réussir la mission !

L'auteur :
Alain BÉVILLARD, général de corps aérien, titulaire de la croix d'officier de la Légion d'honneur, de commandeur dans l'Ordre national du Mérite, de la médaille de l'aéronautique, totalise 7 000 heures de vol, notamment sur N2501, Transall C160, Mystère XX, Falcon 50 et Falcon 900. De 1986 à 1988, il a commandé le GLAM, unité dédiée au transport des plus hautes autorités de l'état et a été le pilote du Président de la République française, François Miterrand et de Jacques Chirac, alors premier minsitre.
Il a déjà publié la Saga du transport aérien militaire français, de Kolwezi à Masar-e-Sharif et de Port au- Prince à Dumont-D'Urville (l'Esprit du livre, 2008)


Titre : Histoire du GLAM Des ailes au service de l’État
Auteur : BÉVILLARD Alain
Editeur : Editions Privat
Format : 15 x 22 cm, broché
Nombre de pages : 540 pages, 1 cahier quadrichromie de 16 pages
ISBN : 978-2-7089-9262-7
Prix Unitaire : 20€

dimanche 28 juin 2015

André Turcat

 André Turcat
Biographie
Pierre Sparaco


André Turcat, né le 23 octobre 1921 à Marseille, est l’un des plus grands pilotes d’essais envol. Diplômé de l’École Polytechnique, il a acquis une notoriété exceptionnelle dès le début de sa carrière grâce aux records mondiaux des démonstrateurs technologiques Gerfaut et Griffon, puis dans les années 1970 et 1980 en qualité de directeur des essais de Concorde. C’est une personnalité rare, pluridisciplinaire, qui a marqué son temps. « Rien ne le destinait pourtant à embrasser une carrière de pilote, et moins encore à prendre place dans le cockpit d’appareils à la pointe du progrès (…), à battre des records mondiaux, à recevoir le prestigieux Harmon Trophy américain des mains de Richard Nixon en 1959 et, plus tard, à prendre les commandes de Concorde. Mais ce ne fut là qu’un début, une première vie (…) son parcours est unique. Et son CV pourrait avoir été rédigé par Jacques Prévert. »
Cet ouvrage retrace minutieusement ses vies multiples, sa longue carrière, au terme de plusieurs dizaines d’entretiens en tête à tête avec Pierre Sparaco, au cours desquels André Turcat a révélé beaucoup de lui-même, même si l’homme ne se « livre » pas facilement. L’ensemble compose un portrait qui souligne la complexité et la richesse tant du personnage que de l’homme public qu’il a été et demeure aujourd’hui.
Le premier vol du Concorde eut lieu à l’aéroport de Toulouse – Blagnac, le 2 mars 1969.

L'Auteur :
Pierre Sparaco est membre de l’Académie de l’air et de l’espace, journaliste, éditorialiste et écrivain. Il a été président de l’Association des journalistes professionnels de l’aéronautique et de l’espace, a reçu le Decade of Excellence Award de la Royal Aeronautical Society britannique, le prestigieux Lyman Award américain pour l’ensemble de sa carrière et le Grand Prix 2006 de l’Aéro-Club de France « pour l’ensemble de son œuvre ». Pierre Sparaco a signé une vingtaine de livres dont un Concorde qui a reçu le Prix Guynemer. Il a publié début 2012 une autobiographie consacrée à ses 50 années de journalisme aéronautique.

Auteur : SPARACO Pierre
Éditeur : Éditions Privat
Date de parution : 11-06-2015
ISBN : 978-2-7089-9254-2
Prix Unitaire : 12,50€

samedi 27 juin 2015

Amicale du Super Constellation & Fondation du Patrimoine


Super Constellation F-BGNJ ©Romain Salerno
La Fondation du Patrimoine des Pays de la Loire s'’allie à l'Amicale du Super Constellation pour récolter vos dons en vue de la restauration du Super Constellation F-BGNJ de Nantes. Désormais, vous pouvez vous aussi participer à la restauration du F-BGNJ en envoyant vos dons via la fondation du patrimoine directement depuis le site internet : 


ou par chèque en téléchargeant et en renvoyant le bulletin de souscription : 


 Les travaux financés par vos dons porteront, entre autres, sur: 

- la réfection complète de la sellerie des 4 sièges du cockpit
- la réfection de 10 fauteuils passagers (banquette double) 
- le remplacement des pneus du train principal 
- la réfection complète des revêtements de sol du fuselage 

 Les dons ouvrent droit à une réduction d'’impôts de 66% pour les particuliers ou de 75% pour les particuliers à l'’impôt sur la fortune et de 60% pour les entreprises* . 
* dans la limite de 20% du revenu imposable pour les particuliers et de 5% du chiffre d’affaires pour les entreprises. 

Créée par la loi du 2 juillet 1996 et reconnue d’'utilité publique, la Fondation du Patrimoine est le premier organisme national privé indépendant qui vise à promouvoir la connaissance, la conservation et la mise en valeur du patrimoine non protégé par l’État. La Fondation du Patrimoine est une organisation décentralisée. Son action s’appuie sur un réseau de délégués départementaux et régionaux, tous bénévoles. 

Apportez votre soutien à la Fondation du Patrimoine pour la sauvegarde du Super Constellation F-BGNJ et profitez d’'une réduction d’impôt !


Amicale du Super Constellation
124 rue de l'aviation
44340 BOUGUENAIS
http://superconstallation-nantes.fr
contact@superconstellation-nantes.fr

jeudi 25 juin 2015

SUKHOÏ SU-26 HA-HUR

Sukkoi SU26 HA-HUR de SKYBOX ©Xavier Cotton
A l'occasion du championnat de France de Voltige aérienne qui se déroule  cette semaine à Épernay-Plivot,j 'ai pu voir dans un hangar  ce Sukhoï SU-26  (s/n 3-09) immatriculé HA-HUR. Il appartient à la société Skybox-France (http://www.skybox-france.fr/) dont Frédéric Chesneau est le gérant, celle ci est spécialisée dans les présentations en meeting et baptême de voltige aérienne sur EXTRA 300 LP


Caractéristiques :
    Moteur : Vedeneyev 14PF 9 cylindre en étoile à carburateur
    Puissance : 400 cv
    Envergure : 7.80 ml
    Hauteur : 2.78 m
    Fuselage : Tubulaire acier
    Aile : Aluminium et matériaux composite
    VNE : 450 km/h
    Poids : 670 Kg
    Accélération : +12g / -8g

mercredi 24 juin 2015

RAFU 27 Mémoires par Paul Bomel

Cet article est paru initialement sur le Site COCARDES : http://www.cocardes.com/2015/06/rafu-27-memoires.html et c'est avec l'accord  de son auteur  Hervé Brun que je le reproduis dans son intégralité.

Voilà bien un livre original à plus d'un titre !
Paul BOMEL est pilote. Avec près de 11500 heures de vol, il a un carnet de vol plus que bien rempli, majoritairement comme pilote privé. Atteint d'une DMLA, Paul perd progressivement la vue et ne peut plus piloter depuis quelques années déjà. Aux demandes répétées de sa famille sur sa vie aéronautique, Paul a souhaité répondre par écrit, avec un livre autobiographique de 400 pages pleines de souvenirs très détaillés. C'est même à se demander si Paul n'a pas tenu un journal quotidien de toute sa vie aéronautique tant le texte est précis et ponctué d'anecdotes.
Quasiment la moitié de cet ouvrage est consacrée à la carrière militaire de l'auteur et à son cursus pour devenir pilote militaire d'hélicoptère. Son instruction est passée par Meknès, Aulnat, Marrakech et Chambéry. Il a ensuite été affecté à Boufarik où un accident a mis fin à cette carrière militaire. Ce livre est un témoignage rare par tous les renseignements donnés sur la formation d'un pilote d'hélicoptère dans les années 50. L'ouvrage se lit bien, et je remercie ce Monsieur pour son geste désintéressé d'avoir mis ce livre gratuitement à disposition de tous les internautes sur la page: 
N'hésitez pas à télécharger le livre, le lire et laisser un commentaire à son auteur !

Attention téléchargement gratuit ne signifie pas libre. La gratuité ne supprime pas l'existence de droits d'auteur.
RVB

4e de couverture :

Breveté pilote privé à 17 ans, engagé dans l’Armée de l’Air à 18,
Paul Bomel a commencé sa formation de pilote militaire sur avion North American T6 puis a participé à la guerre d’Algérie sur hélicoptère Sikorsky H34 avant d’être réformé pour raison
médicale.
Parallèlement à une carrière professionnelle bien remplie, il a gardé le contact avec l’aviation au sein de divers aéroclubs où il a été successivement « simple » pilote, puis instructeur et testeur.
Il s’est par ailleurs fortement engagé comme dirigeant d’aéro-club, au Comité Régional Aéronautique Rhône-Alpes et à la Fédération Nationale Aéronautique.
Après 11 432 heures de vol, Paul Bomel a arrêté sa carrière aéronautique en 2009 alors que la DMLA
commençait à le priver de la vue.
« Papa, nous savons combien de temps tu as consacré à l'aviation, mais nous ne connaissons que peu de choses de ta vie aéronautique ».
Cette remarque de sa fille Isabelle l’a incité à entreprendre la rédaction de cet ouvrage.

lundi 22 juin 2015

Rallye, le dernier des Morane

Rallye, le dernier des Morane
Roger Gaborieau
Éditions Bleu Ciel Diffusion

 Ce livre de Roger Gaborieau dont la parution est prévue fin octobre est le seul actuellement qui raconte l'histoire du Rallye, le célèbre et dernier avion Morane-Saulnier.
A l’origine prévu pour 130 pages, le livre vient de dépasser les 200 pages grâce à la richesse de la documentation et des illustrations que l'auteur a pu retrouver. Juqu'au 30 septembre, les éditions Bleu Ciel Diffusion offrent a leurs fidèles lecteurs la possibilité de réserver leur exemplaire  à un prix avantageux (36€+5€ de frais de port). Mais, attention,  le tirage est limité, donc souscrivez à l'édition de ce livre sans attendre : http://www.aviation-legere.fr/2015/06/le-rallye-en-souscription-jusquen-septembre/

L’auteur:
Roger  Gaborieau,  journaliste et éditeur est lui-même pilote de Rallye. C'est au  cours  de  sa formation qu'il  a  eu  pour la première fois  l’occasion de  voler sur cet avion légendaire , puis comme pilote remorqueur de planeur. Roger Gaborieau est membre  du  Musée  Régional  de  l’Air, Espace  air  Passion d’Angers-Marcé. Passionné du patrimoine de l’aéronautique et pilote d’avions anciens, Roger Gaborieau a  également signé «L’aviation légère en France, 1920-1942» chez Bleu Ciel Diffusion.

Le livre :
• Format 21 x 29,7 cm (A4), 208 pages*, plus de 300 illustrations* (photos, profils et infographies
originaux)
• Broché avec rabats, cahiers cousus collés.
• Impression quadrichromie de qualité sur papier couché satiné 135 g/m2

BLEU CIEL Diffusion

Roger Gaborieau
28, boulevard Henri-Paul Schneider
71200 Le Creusot
Téléphone : 03 85 57 54 85 /06 07 54 35 81
Courriel : bleucielmagazine@orange.fr
Site internet : www.aviation-legere.fr

dimanche 21 juin 2015

Diamond DA50 Turbine

DA50-JP7 OE-VLS avec une turbine AAI-450-S au Salon du Bourget 2015 ©Xavier Cotton
Le concept d’un DA50 équipé d’une Turbine a été présenté  pour la première fois à l’AERO Friedrichshafen de 2013. Le Diamond DA50-JP7  qu'on a pu voir en statique au Salon du Bourget 2015 est équipé d'une turbine AI-450-S de 465 CV qui  est produite par le société ukrainienne Motor Sich en collaboration avec la société Ivchenko-progress. Son premier vol a eu lieu 19 janvier 2015 à Wiener Neustadt (Autriche). Le pilote d’essais était Christian Dries, CEO de Diamond Aircraft, assisté de Ingmar Mayerbuch, Chef pilote d’essais en place co-pilote. La réaction de Christian Dries après le premier vol : ‘’ Cet appareil ainsi motorisé est déjà presque une fusée."

La Turbine AI-450S est particulièrement économe aux altitudes moyennes, consommant 20% de carburant de moins que ses concurrentes équivalentes. Grâce à une double gestion électronique (Dual FADEC) et un système de backup mécanique, elle est très simple à utiliser. Il suffit de presser un bouton pour la démarrer.

Cet appareil, pouvant emmener jusqu’à 7 personnes, sera proposé à l’avenir en deux versions . En version Tundra, il sera équipé de grosses roues et d’un train robuste afin de décoller et d’atterrir depuis des terrains sommaires. La deuxième version sera pour l’usage privé et l’école et privilégiera les performances. Le DA50-JP7 Turboprop est conçu pour des régions avec un climat sévère allant de -50°C à +50°C. Sa certification, prévu à la mi- ou fin 2016,

Découvrez sur Youtube  la vidéo du premier vol du DA50-JP7

Source des information :

jeudi 18 juin 2015

LeRoy Lutz, un pilote américain, mourut héroïquement le 22 juin 1944 en France…

… et inspira un roman 70 ans plus tard.

Voici quelques années, alors que je traversai la Flathead Valley du Montana, je m’arrêtai pour visiter le charmant musée de Ninepipes, près de Ronan. Là, quelque part entre des photographies du 19e siècle, des objets artisanaux, des armes diverses, de vieux outils et quelques toiles de Charles Russel, mon attention fut attirée par une lettre exposée dans une petite vitrine. Elle avait été envoyée en 1947 de Mardeuil, près d’Epernay, et était adressée aux parents d’un pilote américain qui s’était tué là-bas le 22 juin 1944. Son nom était LeRoy Lutz, et il avait sacrifié sa vie pour éviter que son P-38 Lightning, touché peu auparavant par la DCA allemande et presque incontrôlable, ne pique sur une maison. Il aurait pu sauter en parachute quelques secondes auparavant, mais il ne voulait pas risquer de causer la mort de plusieurs civils.

Lt. Leroy F. Lutz, Lockheed Lightning P-38 J “Jack The Ripper” 434th Fighter Squadron, 479th Fighter Group Photo : © Lutz-Maddock family – with courtesy http://www.littlefriends.co.uk (Peter Randall)
En quittant les lieux, alors que je conduisais le long de cette large vallée, entourée des deux côtés par les Montagnes Rocheuses, je ne pouvais pas m’empêcher de penser à ce jeune pilote qui avait quitté sa famille, ces paysages magnifiques et un monde en paix pour aller risquer sa vie de l’autre côté de l’océan dans un conflit qui ne menaçait alors qu’indirectement son pays, les Etats-Unis.
Y avait-il là le début d’une histoire, était-ce l’amorce d’un roman ? Cette question a tourné longtemps dans ma tête, sans me mener nulle part. Il manquait quelque chose, un déclencheur pour aller plus loin. Et ce quelque chose m’est venu plusieurs années plus tard sous la forme d’une question toute simple: et si, aujourd’hui, quelqu’un héritait de la maison que l’aviateur avait épargnée, et découvrait ce qui s’était passé, ce qui signifierait la mise en évidence d’une connexion particulière entre cette personne et ce pilote, dans le temps et dans l’espace ? Et là, je compris que je tenais mon histoire. Hélène Marchal, ma narratrice, apprend que sa mère, âgée de 4 ans à l’époque, se trouvait dans cette maison. Et que sans le sacrifice de LeRoy Lutz, elle, Hélène, n’aurait pas pu naître. Elle lui doit la vie ! Elle décide alors de se rendre dans le Montana et reconstitue son parcours d’homme et de pilote. C’est La légende de Little Eagle.
A ce jour, comment la lettre mentionnée plus haut est arrivée dans le Montana demeure un mystère pour moi. LeRoy Lutz venait du Nebraska. Mais ce 22 avril 1944, il pilotait le Lucky Lady, l’avion d’un autre pilote de son groupe, Arnold Helding, qui venait lui du Montana. (Entre parenthèses, j’adore cette photo !)
Lt. Arnold G. Helding, Lockheed Lightning P-38 J (s/n 43-28714) « Lucky Lady » 434th Fighter Squadron, 479th Fighter Group Photo : © Fred Hayner via Danny Morris – with courtesy http://www.littlefriends.co.uk (Peter Randall)

D’où une confusion qui perdura jusqu’au milieu des années 1990, quand le fils de LeRoy Lutz, Richard, noua un contact avec les autorités de Mardeuil. Lui et sa famille furent nommés citoyens d’honneur de la ville, qui avait érigé une stèle à la mémoire de son père, auquel elle rend honneur chaque année. Quand il apprit le comportement héroïque de son père, Richard Lutz déclara: « J’avais douze ans quand ma mère m’a dit que mon père avait été tué en France. J’ai toujours pensé qu’il était le pilote le plus courageux du monde. Mais maintenant, je le sais. »
En dehors des circonstances dans lequelles mon héro, le Premier lieutenant John Philip Garreau, meurt, il n’y a rien en commun entre lui et LeRoy Lutz dans mon roman. Mais il y a des connections particulières entre cette fiction et les faits historiques. Quelque temps après avoir publié ce roman, j’ai trouvé le numéro de téléphone d’André Mathy, un citoyen de Mardeuil qui – alors âgé de 13 ans – avait été témoin de l’accident de LeRoy Lutz et qui s’est efforcé durant plusieurs décennies de retrouver sa famille. Le lendemain du crash, André Mathy avait emprunté quelques outils à son oncle, un forgeron, et découpé sur le fuselage  la peinture illustrant le le nom de l’appareil. Il l’avait donné à Richard Lutz lorsque celui-ci était venu en France. André Mathy, âgé de 82 ans lorsque je l’avais appelé, fut ému d’apprendre que j’avais trouvé dans le Montana une lettre dont il savait qu’elle avait été écrite par le secrétaire de la mairie.
Entre temps, j’étais retourné dans le Montana pour effectuer des recherches dans les archives de l’Université de Missoula, et à Browning, sur la réserve indienne des Blackfeet, John Philip Garreau étant un très jeune indien fasciné par l’aviation et le ciel, qui se révèle brillant au combat et qui meurt de la même manière que LeRoy Lutz.
Quant à Arnold Helding, il est décédé dans le Montana en 2007 à l’âge de 92 ans. Si j’avais su alors qui il était et qu’il se trouvait encore en vie, j’aurais pu le rencontrer à Arlee, non loin du musée de Ninepipes. Il vit toutefois dans mon roman sous le nom de Harold Holding, un officier de l’USA Air Force que Hélène Marchal retrouve à Great Falls  – source précieuse pour reconstituer la vie de Johnny Garreau.
J’ai toujours aimé les avions, mais ils ne m’ont jamais vraiment passionné jusqu’à ce que j’écrive ce roman. Depuis lors, je reste empli d’admiration pour tous ces jeunes gens, ces pilotes américains qui s’étaient engagés comme volontaires dans le corps le plus dangereux de l’armée pour venir libérer l’Europe du nazisme. Et je trouve merveilleux que l’on puisse écrire de la fiction qui rejoint l’Histoire et la fait revivre. Ce n’est donc pas un hasard si je cite dans ce livre William Kittredge, un écrivain du Montana, sur le sens et l’importance des histoires – pourquoi nous en avons besoin, pourquoi elles sont importantes pour nous. Une histoire, dit-il, est quelque chose qui relie, qui éclaire. Elle peut aussi être, parfois, une source de guérison.
La légende de Little Eagle est disponible en versions numérique et imprimée en français et en anglais

Ce contenu a été publié dans Aviation et pilotes, La légende de Little Eagle, Tout le blog, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

dimanche 14 juin 2015

Hélicoptère PUMA

Puma DBQ du 4e RHFS de Pau ©Claude Le Bihan
Mon ami Claude Le Bihan qui capture en photo tout ce qui vole, m'a envoyé celle de ce Puma de passage à Saint Valery-Vittefleur. Cette machine est affectée au 4ème RHFS (Régiment d'Hélicoptères des Forces Spéciales), basé à Pau.

Le Sud-Aviation SA.330 Puma est un hélicoptère de transport moyen civil et militaire français. Conçu par Sud-Aviation et développé par l'Aérospatiale dans les années 1960, il a été construit en collaboration avec Westland Helicopters. Le numéro de série de ce Puma est en bas du fuselage, sous le passage des portes du cargo, c'est le n° 1663 sur les 1687 exemplaires  qui ont étés construits.
Vitesse maximale : 257 km/h
Masse : 3 766 kg
Longueur : 18 m
Envergure : 15 m
Premier vol : 15 avril 1965
Distance franchissable : 780 km
Moteur : 2 Turbomeca Turmo III C4 de 1330 ch chacun

vendredi 12 juin 2015

Un tour du monde pas comme les autres

Un tour du monde pas comme les autres
Des ailes pour la science
Clémentine Bacri et Adrien Normier




Point de départ de cet extraordinaire projet : l’envie d'un couple de trentenaires Clémentine Bacri, avocate et Adrien Normier, pilote de ligne, de parcourir le monde en avion ultra-léger tout en s'impliquant dans des expériences scientifiques locales nécessitant des relevés photographiques pris en vol.  En échange de leur service il demandent uniquement le gite et le couvert !
Traversant plus de cinquante pays
entre 2012 et 2013, Groenland, Canada, Pérou, Chili, Australie, ils ont rencontré et  partagé le quotidien et les attentes de personnages hauts en couleurs. 
Au cours des 60 000 km parcourus, survolant les montagnes, les volcans, les glaciers et les océans, ils ont eu une vision  émerveillée du monde,  mais engagée grâce à leur  participation à une quinzaine de projets scientifiques qu'ils avaient choisis avant leur départ ou qui se sont décidés au fil de leur voyage par des rencontres impromptues.
Prospection archéologique, recensement de cétacés, réalisation de modèle 3D d’un volcan, mesures de dioxyde de soufre, découvertes de géoglyphes datés de 5000 ans, les missions scientifiques sont aussi variées que les paysages survolés. Véritable récit d’aventures, écrit avec humour, simplicité et même suspense, Des ailes pour la science régalera tout lecteur avide de voyages, de nature et de science.
L'expédition s'est faite sous le patronage de Pierre Léna, astrophysicien. 

On peut juste regretter qu'il n'y ait pas quelques pages supplémentaires rassemblant les plus belles photos prises en cours de voyage pour nous faire rêver encore plus, mais on peut espérer qu'un beau livre rassemblant ces photos soit bientôt édité.
Je suis impatient que le deuxième tome concernant l'Australie et l'Asie sorte au plus vite.

Clémentine Bacri est avocate aux Barreaux de Paris et du Luxembourg, elle a participé à des projets de défense des droits de l'homme en Amérique Latine.
Adrien Normier est diplômé en génie aéronautique et pilote de ligne. Il a réalisé plusieurs projets aéronautiques bénévoles pour des associations humanitaires en Afrique.

Auteurs : Clémentine Bacri et Adrien Normier
Éditeur : Éditions Le Pommier
Collection : Science vagabonde
Broché, 288 pages (135 x 200 mm) 
Prix : 20 €
ISBN/EAN : 978-2-7465-0919-1 / 9782746509191

jeudi 11 juin 2015

Un EC 225 LP de passage à Reims-Prunay

EC 225 LP F-HLIS d'Airtelis à Reims Prunay ©François Pages
Mercredi 10 juin, cet EC 225 LP (F-HLIS) d'Airtelis était de passage sur la plateforme de Reims-Prunay. Airtelis est propriétaire de deux hélicoptères Eurocopter EC225 de la classe Super Puma/ Cougar. : le F-HLIS (C/N 2797)  et le F-HRLI  (C/N 2824). A savoir que depuis qu'Eurocopter est devenu Airbus Helicopter l'EC225 a été renommé H225L'H225 est un hélicoptères bi-turbine de la classe des 11 tonnes, et la version LP est le plus gros hélicoptère civil de France. Il permet le transport de charges à l’élingue allant jusqu’à 4,5 tonnes. Ce type d’hélicoptère est  parfaitement adapté à des interventions longues dans des zones difficilement accessibles grâce à sa capacité de vol stationnaire, à sa grande manœuvrabilité latérale, ainsi qu'à reculons. l’EC225 d’Airtelis peut dérouler 3 à 5 km de câbles d’une épaisseur de 1kg/m linéaire en une seule passe. 
Source des informations :

lundi 1 juin 2015

Little Jeanne change de robe

Curtiss P-40N-5CU "Little Jeanne" à La Ferté Alais 2015©Xavier Cotton
Le Curtiss P-40N-5CU "Little Jeanne" de France's Flying Warbirds que vous avais présenté dans cet article du 3 mars 2011 a été présenté au meeeting de La Ferté Alais 2015 "Le temps des Hélices" organisé par l'Amicale Jean-Baptiste Salis (http://www.ajbs.fr/) dans ses nouvelles couleurs qui reprennent en partie la décoration des P-40 des Burma Banshees ( 80th Fighter Group  de l'USSAF) opérant en Birmanie 1944.

Sources des informations :
France's Flying Warbirds : www.ffwm.fr
Info pilote juin 2015
Curtiss P-40N-5CU "Little Jeanne" à La Ferté Alais 2015©Xavier Cotton

dimanche 31 mai 2015

Portes Ouvertes du Bernay Cumulus Club d'ULM

Tout est dans l'affiche, si vous habitez dans l'Eure et que vous souhaitiez découvrir le vol en ULM dans une ambiance chaleureuse alors venez aux Portes Ouvertes organisées le 7 juin 2015 (de 10 à 19 heures) sur l'aérodrome de Bernay-Saint-Martin par le "Bernay Cumulus Club".
Si vous souhaitez manger sur place, ce sera possible entre 12H30 et 14h00 pour 20€ par personne (10€ pour les moins de 12 ans). Un cochon de ferme sera farci et grillé sur place.
Pour plus de renseignements et réserver votre repas vous pouvez contacter le club au 06 75 60 48 95 ou 06 16 56 46 98 

samedi 30 mai 2015

RAFALE 113-IX décoré pour le Tiger Meet 2015

Rafale 113-IX de Saint Dizier décoré pour le Tiger Meet 2015 ©Liliane Cottton
 La NATO Tiger Association est une association qui regroupe des unités de différentes armées de l'air membres de l'OTAN. Pour être membre de cette association l'emblème de l'unité doit représenter un tigre ou un autre félin (panthère, etc.)1, que cette unité soit équipée d'avions ou d'hélicoptères.
Depuis 1960, une rencontre aérienne  est  organisée par la NATO Tiger Association, elle a pour nom le "Tiger Meet". C'est l'occasion pour les membres de l’association de se retrouver afin de favoriser le partage d'expérience et d'améliorer l'inter-opérabilité en participant à différents exercices en vol, et à des réunions d'échanges. 
Lors de ces rencontres, il est de tradition de décorer une partie des aéronefs avec des motifs rappelant le tigre. Une des récompenses remises à l'issue de chaque "Tiger Meet" est d'ailleurs attribuée à la plus belle décoration
Rafale 113-IX de Saint Dizier décoré pour le Tiger Meet 2015 ©Liliane Cottton

Lors de cette édition 2015, le Rafale 113-IX de l’EC-1/7 Provence (BA113 Saint-Dizier) arborant un tigre vert a obtenu la deuxième place dans la catégorie « esthétique de l’avion ». Les équipages français se sont également distingués en remportant le concours des prestations en vol grâce à leur maîtrise de l’appareil. Les photos ont été prise lors du meeting de La Ferté Alais 2015.

vendredi 29 mai 2015

Republic F-84E-30-RE "Thunderjet" à Nîme-Courbessac en 1957

Republic F-84E-30-RE "Thunderjet' n°51-9600 codé 3C-Q Nîme 1957 ©Claude Le Bihan
En même tant que le De Havilland Mosquito de l'article précédent , Claude Le Bihan m' envoyé cette photo du Republic F-84E-30-RE "Thunderjet'  qui était aussi exposé en 1957 sur la BA 726 de NÎme-Courbessac désormais fermé. souhaitant savoir ce que ces avions étaient devenus.

Le Républic F-84E-30-RE "Thunderjet' n°51-9600 codé 3C-Q a eu plus de chance que le Mosquito. il fait partie actuellement des réserves du MAE comme montre cette photo sur l'excellent site "List'in MAE" de mon ami Pyperpote.

Voici les informations qu'on peut lire sur le site "List'in MAE" concernant la vie en exposition du Républic F-84E-30-RE "Thunderjet' n°51-9600 codé 3C-Q :

Il a tout d'abord été exposé en "Pot de fleur" sur la BA726 de Nimes-Courbesac, décoré aux couleurs du F-84G, n°9654" codé 3N-W ou 3-HW à vérifier (code réel que porta le "9654"). il a été redécoré  en avril 1994, codé 11-RI sérial 110893, encore un appareil du type "G". Lors de la fermeture de la BA 726 de Nîme il a été transféré sur  la base de Toul-Rosieres puis mis en en dépôt au Musée de Nancy, mais appartenant au Musée de l'Air. Il se retrouve dans les réserves du Bourget à la fermeture du Musée de Nancy et porte la décoration d'un F-84E n°51-9600 codé 3C-Q

Sources des informations :
Claude Le Bihan
Aeroforum : http://www.aerostories.org/~aeroforums/forumhist/
List'in MAE : http://www.pyperpote.tonsite.biz/listinmae/

jeudi 28 mai 2015

Hawker Hurricane accidenté de retour de La Ferté-Alais

Hurricane F-AZXR en départ de La Ferté-Alaispour Dijon @Xavier Cottton
Dimanche soir dernier, le Hawker Hurricane P3351(F-AZXR) de retour d'un week-end de présentation au célèbre meeting de la Ferté-Alais a été victime d'un accident lors de l’atterrissage à Dijon-Darois. Bien heureusement,  l'accident n'a pas fait de blessé.


Voici ce qu'on peut apprendre de cet avion sur le  site d' Aero Station Service

Le Hurricane Mk IIa était initialement un Mk I, le P3351. Il fut livré à la RAF et s’écrasa près de Prestwick le 21 juillet 1940. Reconstruit comme Hurricane Mk IIa avec le serial number DR393, il fut remis à l’Union Soviétique en mai 1941. Il s’écrasa près de Murmansk en 1943.
Son épave fut restaurée en Hurricane Mk IIc au Royaume-Uni de 1992 à 1995, puis il fut transféré en Nouvelle-Zélande en 1995 ou il fît son premier vol le 12 janvier 2000.
Le Hurricane fût rapatrié en France en Mars 2013.
Ne volant plus depuis 2008, Aero Station Service basé à Dijon-Darois a effectué le ré-assemblage complet de l'appareil, vérification complète de la cellule, des circuits et du moteur. Une pompe de pré-huilage a été ajoutée pour faciliter la mise en œuvre. Une radio a  également ajouté ainsi qu'un transpondeur, en les rendant invisibles pour garder l'aspect historique.

 Espérons qu'il soit vite réparé afin qu'on le voit de de nouveau sur le circuit des meetings aériens

Sources :
http://www.lecharpeblanche.fr/2015/05/25/le-hurricane-mk-i-p3351-accidente-de-retour-de-la-ferte-alais/
http://www.bienpublic.com/edition-dijon-agglo/2015/05/25/accident
http://www.aero-restauration-service.fr/fr/realisations/realisations.php?id=122

vendredi 22 mai 2015

Airexpo 2015

Airexpo 2015
Muret-L'Herm
Samedi 30 mai 2015
10h00 à 19h00

En 1987 avait lieu la première édition du meeting aérien Airexpo sur l’aérodrome de Lasbordes. En accueillant plus de 20.000 personnes chaque année, Airexpo a établi un lien fort entre les populations et le secteur aéronautique. Chaque année, Airexpo vous propose un programme exceptionnel, comprenant de nombreuses démonstrations aussi spectaculaires que variées et diverses activités au sol.

Cette année, le meeting aura lieu le Samedi 30 Mai 2015 sur l'aérodrome de Muret-Lherm, au sud de Toulouse.

Airexpo propose encore cette année un plateau varié allant de l'avion léger à hélice à l'avion militaire à réaction, qu'ils soient en service ou avions de collection. Les pilotes militaires de L'EVAA feront évoluer avec dextérité leur monoplace de compétition : l'Extra 330. La Patrouille Cartouche Doré fera elle une magnifique démonstration de présentation en patrouille serrée de ses trois TB30 Epsilon. l'Aviation Légère de l'Armée de Terre sera représentée par deux hélicoptères EC120.

A voir aussi, la "Marche Verte" patrouille acrobatique de la Force Aérienne Royale du Maroc, fondée en 1984, elle est composée de sept CAP 232 avec une particularité exceptionnelle : ses avions décollent reliés entre eux par des cordes, qui sont larguées au premier éclatement de la formation.

Autre patrouilles présentes : le Crazy Piper Team  (quatre PA18 et un PA11), les REVA volant  trois avions légers de type "AcroEze",  la patrouille Yellow : composée de 2 tecnams P2002, rejointe cette année par un MJ5 Sirocco. 

Sont aussi prévus au programme, un Morane-Saulnier MS733 avion de formation par excellence qui effectuera une partie de sa démonstration en compagnie d'un Nord 3202, un Fouga Magister CM170 ancien avion de la Patrouille de France, un Cri-cri, le plus petit bimoteur au monde qui effectuera son décollage depuis le toit d'une voiture.

Vous assisterez aussi à une reconstitutions de combats aériens de la seconde guerre mondiale entre un Pilatus P-2, un Boeing Stearman PT-18 et un North American T-6 Texan.

Et ce n'est pas fini, vous verrez évoluer un Yakovlev 11, avion d'entrainement soviétique de 1945 qui peut atteindre des vitesses proches de 500 km/h grâce à son moteur en étoile de 700 CV, un OV10 Bronco  biturbopropulseur de 1967 évoluant avec souplesse dans un mouchoir de poche et un F+W C3605 "Schlepp" version turbopropulsé du C3603.


La voltige douce à " l'ancienne" sera aussi présente grâce à un avion biplan d'entrainement des années 30 et 40, le Bücker Jungman et au planeur MDM 1 Fox dont l'évolution gracieuse s'effectue tout en silence ! 

Tarif et organisation :
Entré 5€ gratuit pour les moins de 12 ans
Vous pouvez acheter d'avance les billets sur le site

Airexpo met à disposition des navettes si vous n'avez pas de voiture.
Départ de la station de métro Université Paul Sabatier (ligne B) le matin entre 9h30 et 10h00, retour entre 17h45 et 18h45, après les démonstrations en vol.
Tarif : 9€, entrée au meeting incluse. Plus d'infos et réservation (obligatoire) sur le site.

Pour plus d'information :
www.airexpo.org 
https://www.facebook.com/meetingairexpo

dimanche 17 mai 2015

De Havilland DH98 Mosquito en 1957

De Havilland  DH98  Mosquito  RF639 avec l'insigne de la BA726 ©Claude Le Bihan
Claude Le Bihan m' a fait parvenir ces photos du De Haviland  DH98 Mosquito. Il les a prises en 1957 lors de son Service National sur le BA726 de Nîme-Courbessac désormais fermée.

Ce De Haviland  DH98 Mosquito est le RF639. Il a été pris en compte par l'Armée de l'Air le 24 juin 1946 à l'E.A.A 601 de Châteauroux. puis il fut affecté au G.C I/3 le 29 juin 1947, il passe ensuite au G.C 1/6 le 30 juillet 1947. On retrouve ça trace à la DIT de Salon de Provence en novembre 1952 avant de finir en statique sur la BA726 de Nîmes où il a été vu jusqu'en 1961. Il semble avoir été revendu à un ferrailleur après incendie mais ceci reste à confirmer
De Havilland  DH98  Mosquito  RF639 ©Claude Le Bihan
Le de Havilland Mosquito  est un avion biplace côte à côte en bois, équipé de deux moteurs Rolls-Royce Merlin. En conséquence il est difficilement détectable au radar, et de fait, il est  le premier avion furtif.
Cet avion britannique a été conçu comme multirôle, mais il s'est essentiellement distingué comme chasseur-bombardier. Il a servi au sein de la Royal Air Force et dans de nombreuses forces aériennes durant la Seconde Guerre mondiale dans les années qui ont suivies. 

Ce bombardier léger a de telles performances en situation de combat que son utilisation a été modifiée par rapport l'idée de départ. Il est décliné en plusieurs versions : bombardier de jour rapide, chasseur-bombardier, , bombardier tactique, chasseur nocturne ou diurne, avion d’intrusion, avion de reconnaissance et chasseur embarqué.
De Havilland  DH98  Mosquito  RF639 ©Claude Le Bihan
Source des informations :
Claude Le Bihan

http://www.aerostories.org/~aeroforums/forumhist/index.php

samedi 16 mai 2015

EPERN'AIR SHOW les 27 et 28 juin

EPERN'AIR SHOW
Championnat de France de Voltige aérienne
70eme anniversaire des Ailes Sparnaciennes
Samedi 27 et Dimanche 28 juin 2015
Aérodrome d'Épernay-Plivot




 L’aérodrome d’Épernay accueille cette année le championnat de France de Voltige monoplace, dont les différentes phases de la compétition se dérouleront du 23 juin au 26 juin (programme).
Le samedi 27 juin, les voltigeurs du championnat de France participeront à un meeting de "libre intégral" qui viendra colorer le ciel d’Épernay-Plivot.

Le dimanche 28 juin de 14h00 à 18h00, un grand meeting historique venant célébrer le 70ème anniversaire de l’aéroclub, avec la présence d’un P51 Mustang, d’un DC3 et de bien d’autres avions de légende viendra clôturer cette semaine aéronautique. 

Entrées et Parking gratuits

Un Pass VIP est disponible permettant d'accéder à la terrasse VIP où un repas sera servi le midi accompagné d'une flûte de Champagne, en présence des aviateurs, permettant la visite des cockpits des avions exposés et surtout une vue as sise imprenable sur le meeting qui se déroulera de 14h00 à 18h00.
T6 F-AZSC basé à Epernay-Plivot @Liliane Cotton

Pour plus d'informations :

Pass VIP disponible auprès de :
l’office du tourisme d’Épernay, 7 avenue de Champagne, 51200 Epernay
Tel : 03 26 53 33 00

Aéroclub de Plivot, Aérodrome de Plivot 51150 Plivot
Tel 03 26 57 64 04

vendredi 8 mai 2015

VOISIN 3

Voisin LA V313 probablement au Camp retranché de Paris ©Xavier Cotton
Le Voisin 3 conçu par Gabriel Voisin est un avion biplan et biplace à moteur propulsif (Canton-Unné radial 9 cylindres de 120 Cv à refroidissement par liquide), ce qui lui donne un avantage considérable en 1914 alors que le tir synchronisé à travers l’hélice n'a pas encore été mis au point. Cet avion résultant d'un projet remontant aux années qui précédèrent immédiatement le conflit vola pour la première fois en février 1914. 
 Le Voisin 3 (appelé aussi type LA) utilisé au début dans des missions d'observation, servit  très vite au bombardement autant diurne que nocturne, tirant profit de la petite quantité de bombes qu'il pouvait emporter. En raison de sa structure entièrement en tubes d'acier, il était d'une robustesse exceptionnelle et pouvait supporter avec une relative facilité les dommages du combat. Il fut retiré des premières lignes en 1915.
Construit à plus ou moins mille exemplaires, l'avion équipa très rapidement toutes les aviations alliées, l'aviation française en reçut à elle seule 800 exemplaires, une trentaine pour la belge ainsi que pour l'aviation russe. La Grande Bretagne en utilisa 50 de construction française et en fit construire sous licence 50 autres. L'Italie en fit construire 112 sous licence par la société aérienne Transaerea.
Voisin LAS B-2 n°955 au MAE du Bourget. Il fut construit en 1915 et donné au musée en 1919 ©Xavier Cotton

 C’est sur un Voisin 3 que fut remportée la première victoire aérienne homologuée, le 5 octobre 1914 au dessus de Jonchery sur Vesles près de Reims quand le sergent Joseph Frantz (pilote) et le sapeur Louis Quenault (mitrailleur) abattirent un Aviatik allemand.

Sources des information :
Les amis de Gabriel Voisin : http://www.avions-voisin.org
List'in MAE : http://www.pyperpote.tonsite.biz/listinmae/
Multiguide aviation Bordas Les avions vol 1 : des origines à la première guerre mondiale

samedi 2 mai 2015

Un Mustang de course

C510 F-HKIL à Rouen ©Claude LE BIHAN
Claude Le Bihan nous fait partager cette photo d'un Cessna C510 Mustang (C/N 510-0346) prise le 8 avril dernier à  Rouen-Vallée de Seine. Le Cessna C510 Mustang a effectué son premier vol le 23 avril 2005, c'est un jet d'affaire très léger avec seulement 4 places pour les passagers en plus des deux places pilotes. A ce jour plus de 500 appareils ont étés livrés à leur propriétaire. Le Mustang  immatriculé F-HKIL (C/N 510-0346) a d'abord été basé en Grande Bretagne sous l’immatriculation G-FBKD (photo ci-dessous)
La société de transport par avion OYONNAIR basée à Lyon-Bron propriétaire de cet avion à partir 5 avril 2013 l'a revendu le 12 juillet 2013 mais l'exploite toujours en location.
Le même Citation Mustang  (C/N 510-0346) de Blink Aviation  avec immatriculation Britannique, G-FBKD et le drapeau Malaisien peint sur le cône de sortie des réacteurs ©Ken Lipscombe
 Caractéristiques :
Longueur 12,36 m
Envergure 13,0 m
Hauteur 3,99 m
Poids Max 3,96 T
Moteur : Pratt and Whithney PW615 F-A turbofan
Vitesse de croisière  : 340 kt / 630 km/h
Autonomie : 1167 Nm /2161 km
Altitude croisière 41000 ft/12500m
Longueur cabine : 2,99 m
Largeur cabine : 1,39 m
Hauteur  cabine :1,37 m
Capacité bagage : 136 kg
Équipage : 2
Passagers : 4

Source des informations :
Claude Le BIhan
http://cessna.txtav.com/en/citation/mustang

http://www.oyonnair.com/

dimanche 26 avril 2015

Norseman I-AZBN

Norduyn Norseman C-64A-ND I-AZBN ©Jacques Hémet
La photo que nous propose cette fois Jacques Hémet nous montre le Norduyn Norseman C-64A-ND immatriculé F-AZBN mais provisoirement transformé en  I-AZBN pour les besoins de la série des "Les faucheurs de marguerite". La scène a été tourné au Lido avec Jean Salis, au début des années 80.
Le Lido était l'aéroport de Venise avant guerre, comme il existait l'aérogare d'origine, ce terrain avait été choisi pour y tourner quelques épisodes. Jacques Hémet participait à l'histoire avec son DC3 F-BJHC déguisé en avion de la Lufthansa. Il nous confie " C'était l'occasion pour moi de renouer avec mon ami  Jean Salis avec qui j'avais débuté à la Ferté-Alais."


Voici ce qu'on peut lire sur Aeromovies.fr concernant l'histoire de ce Norduyn Norseman C-64A-ND (F-AZBN) : "Ce second Norseman (c/n 774, s/n 44-70509) était un ancien avion de l'USAAF appartenant à la 8th AF en Europe. Il fut vendu en 1947 comme surplus à une société italienne de Milan (I-AIAK), puis en Espagne (EC-ANO), au Maroc (CN-TEE), avant d'être acquis par Jean Salis (F-AZBN). Dans la série, peint en blanc avec filet rouge,  il est successivement un avion chilien (B-AZBN), canadien (CF-BBCO), allemand (D-ANBZ) et même italien (I-AZBN). En janvier 2004, il a été cédé à la fondation Norduyn; il est en cours de restauration à l'Aviodrome Museum de Leystad (Hollande), Norduyn étant d'origine néerlandaise. Il apparait dans le Volume 4 "l'adieu aux as" dans les épisodes 1, 2, 3 et 6."

Sources des information :
Jacques Hémet